Troubles visuels, auditifs et cognitifs : des perspectives de santé internationales

Quand les troubles se combinent, sommes-nous capables d’adapter l’évaluation et la prise en charge des patients ?

C’est la question que pose cet article qui est la première étude internationale explorant le point de vue des professionnels sur l’évaluation et la prise en charge des individus présentant des troubles cognitifs, auditifs et visuels combinés.

Les réponses à cette question vont se trouver sous la forme de deux enquêtes réalisées en deux temps. L’une visant à recueillir l’avis d’experts interdisciplinaires au niveau international (n = 17) et l’autre, à plus grande échelle, visant à recueillir les attitudes et les pratiques (n = 653).

L’enjeu et l’importance d’une telle étude se comprennent en quelques données :

  • 70 % des personnes atteintes de démence déclarent avoir un besoin de soutien spécifique dans le cadre de leurs troubles auditifs et ceux avec les niveaux de déficience auditive et visuelle les plus faibles sont aussi ceux avec la qualité de vie la moins bonne.
  • Les personnes avec une déficience sensorielle courent un plus grand risque de développer une déficience cognitive et peuvent montrer une trajectoire de déclin cognitif plus rapide que celles qui n’ont pas de déficience sensorielle (Maharani et al., 2018).

Cette étude fait partie du projet SENSE-Cog financé par l’UE et qui vise à comprendre et prendre en charge le chevauchement des troubles auditifs, visuels et cognitifs liés au vieillissement.

Pour faire la part des choses, cette étude se compose de deux parties :

Partie 1 : 17 experts, spécialistes de la cognition, de la vision et de l’audition, réunis sur deux jours à Athènes en avril 2016 face à plusieurs questions dont :

  • Quels problèmes pourriez-vous rencontrer si votre patient a des troubles auditifs/visuels et cognitifs simultanés ?
  • Comment pourriez-vous adapter votre évaluation standard en cas de troubles combinés ?
  • Quelles interventions à domicile pourraient améliorer la qualité de vie des personnes vivant avec des troubles auditifs, visuels et cognitifs combinés.

Les résultats ont été regroupé sous deux pans : les manques perçus dans l’évaluation et la prise en charge des patients ayant des troubles concomitants et les solutions proposées pour combler ces manques.

Concernant les manques, la discussion du groupe d’experts a mis en évidence la perte de validité des outils d’évaluation standard lorsqu’ils sont administrés à des personnes présentant des déficiences doubles ou triples. Le problème le plus soulevé était celui des tests cognitifs qui reposent sur des modalités visuelles ou auditives.

Les experts ont ensuite souligné que les solutions devaient être envisagées sous l’angle de « l’interdisciplinarité » et que les trois disciplines (experts de la cognition, la vision et l’audition) devraient travailler ensemble pour adapter les outils d’évaluation et de proposer des parcours de soin.

La formation interdisciplinaire a été soulevée comme une solution et une nécessité centrale. Les exemples d’amélioration proposés étaient notamment de pratiquer des dépistages croisés avec des dépistages cognitifs brefs dans les centres de vision et d’audition et des dépistages sensoriels brefs dans les centres spécialisés dans les troubles cognitifs.

Partie 2 : Une enquête anonyme auprès de professionnels dans le domaine des troubles cognitifs (n=344), des troubles auditifs (n= 142) et des troubles visuels (n=167) a été menée au Royaume-Uni de juillet 2017 à février 2018. Trois versions de l’enquête ont été réalisées afin de tenir compte des spécificités de chaque groupe de professionnels.

Les réponses obtenues ont mis en évidence :

-que la majorité des professionnels des trois domaines étaient conscients des chevauchements des troubles (proportion plus faible dans le domaine de la vision) mais que malgré cela un faible pourcentage (42,13%) déclarait connaitre les évaluations de dépistage à utiliser conjointement.

-que très peu de cliniciens non spécialisés dans les troubles cognitifs (16 %) administraient des évaluations cognitives dans le cadre des troubles auditifs et visuels et que la moitié des cliniciens spécialisées dans la cognition évaluaient la vision et l’audition via une auto-évaluation.

– que plus de 90 % des répondants au sein de chaque groupe de professionnels considéraient l’établissement de lignes directrices utiles et qu’ils seraient en mesure de procéder à une brève évaluation de dépistage dans le cadre de leur évaluation globale.

En conclusion, cet article souligne le besoin d’interdisciplinarité dans le cadre de troubles concomitants et le besoin d’échanges et de formations partagées au sein des trois domaines que sont l’audition, la vision et la cognition.

Et si nous faisions preuve d’une expertise combinée ? A votre multidisciplinarité !

 

Référence

Maharani, A., Dawes, P., Nazroo, J., Tampubolon, G., Pendleton, N., & Sense-Cog WP1 group. (2018). Visual and hearing impairments are associated with cognitive decline in older people. Age and Ageing, 47(4), 575‑581. https://doi.org/10.1093/ageing/afy061

2

Laisser un commentaire